Méningite C dans le Nord : campagne de vaccination des moins de 25 ans

Méningite C dans le Nord : campagne de vaccination des moins de 25 ans

17.02.2011
Les 6 cas de méningite C enregistrés depuis l’automne à Lille font craindre un risque d’épidémie dans la population estudiantine. Devant cette situation jugée « sérieuse » par l’Agence régionale de santé Nord-Pas-de-Calais, les autorités sanitaires décident de lancer une vaste campagne de sensibilisation. Objectif : vacciner 90 % des moins de 25 ans.
  • 1297954643228770_IMG_54484_HR.jpg

L’AUTOMNE DERNIER, un premier pic épidémique de méningite C avait semé l’émoi à l’Université catholique de Lille : la détection de quatre cas en l’espace de quelques semaines avait conduit les autorités sanitaires à proposer une campagne de vaccination aux 22 000 étudiants fréquentant les écoles de la Catho.

Quatre mois plus tard, c’est à Lille-1, université basée à Villeneuve d’Ascq, qu’apparaissent deux nouveaux cas chez des étudiants. Avec un taux d’incidence de 7,1 pour 100 000, le seuil épidémique de 10 pour 100 000 n’est pas encore atteint, mais la situation est jugée suffisamment sérieuse par l’ARS pour qu’elle lance une opération de sensibilisation à la vaccination.

« L’inscription de la méningite C au calendrier vaccinal est trop récente ( elle date de 2009) pour assurer une couverture satisfaisante. Nous proposons donc un rattrapage vaccinal pour toute la population de 1 à 24 ans, en lien avec la médecine scolaire et universitaire », explique Daniel Lenoir, directeur général de l’ARS.

Cette fois, les autorités sanitaires ont retenu les leçons de l’épidémie de grippe A(H1N1)v et se sont largement appuyées sur les médecins libéraux pour sensibiliser leurs patients et les vacciner si nécessaire. « L’ensemble des médecins de la région est mobilisé pour être efficace, souligne Isabelle Lambert, présidente du conseil régional de l’Ordre des médecins. Mais il faut aussi l’adhésion de la population, car pour assurer une bonne protection, la couverture vaccinale doit atteindre un taux de 90 %. »

On en est loin : la France affiche actuellement un taux de couverture de 10 à 15 %, ce qui explique un taux d’incidence de la méningite parmi les plus élevés d’Europe (0,36 pour 100 000).

La population reste très réservée face au vaccin. À l’Université catholique, malgré les 4 cas de l’automne, seulement 30 % des étudiants ont répondu à la campagne de vaccination. Les acteurs de santé vont devoir se montrer convaincants.

FLORENCE QUILLE
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Accès aux soins : l'Ordre inventorie « les solutions qui marchent » Abonné

maison de santé

Maisons ou pôles de santé, terrains de stage libéraux, groupements de coopération sanitaire attractifs, initiatives en tout genre : nos... 5

Santé, assurance-maladie : Fillon ripoline son projet, ce qu'il faut retenir

fillon

Après le remède de cheval, la méthode douce ? Accusé par ses adversaires de vouloir privatiser la Sécurité sociale, François Fillon a... 2

À la faculté de médecine Saint-Antoine, des vidéos pour sensibiliser les futurs médecins à l'empathie

saint antoine

Mettre en scène les consultations chez un généraliste pour sensibiliser les futurs praticiens à la relation médecin-patient, c'est... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter