Un gène qui protège les poumons

Un gène qui protège les poumons

09.02.2011
Des chercheurs américains montrent chez la souris que le gène bcl3 peut limiter l’afflux de polynucléaires neutrophiles dans les poumons et ainsi, dans certaines circonstances à risque comme une transplantation, réduire le risque de lésion pulmonaire aiguë.
  • 1297260840226202_IMG_53948_HR.jpg

Ce que les Anglo-Saxons appellent « lésion pulmonaire aiguë » (ALI pour Acute Lung Injury) correspond en fait à une atteinte pulmonaire un peu moins grave que le syndrome de détresse respiratoire aiguë en ce qui concerne le rapport PaO2/FiO2 (< 200 dans le SDRA et compris entre 200 et 300 dans l’ALI).

L’ALI peut survenir après pneumonie, sepsis, traumatisme ou transplantation pulmonaire. On connaît la responsabilité, dans la genèse de ce trouble, d’un afflux de neutrophiles.

L’équipe de Gelman montre chez la souris que le gène bcl3 est essentiel dans le contrôle de la production médullaire de neutrophiles sous des conditions de stress.

À l’origine de ce travail, les auteurs ont voulu comprendre pourquoi un poumon transplanté peut présenter des lésions aiguës quelques heures après l’intervention. Phénomène qui ne se voit pas avec d’autres organes transplantés. Quel signal le poumon envoie-t-il à la moelle et pourquoi celle-ci produit-elle autant de neutrophiles ?

Pour tenter de répondre à cette question, les auteurs ont réalisé des transplantations pulmonaires chez des souris. Il apparaît qu’en réponse à un stress pulmonaire aigu, il se produit une accumulation dans le sang de G-CSF (Granulocyte Colony Stimulating Factor), qui induit la production de neutrophiles par la moelle. Les chercheurs montrent également qu’il existe dans la moelle un garde-fou : le gène bcl3, qui inhibe la production de neutrophiles. En effet, des souris dépourvues de bcl3 produisent quatre fois plus de neutrophiles que les autres.

Le bcl3 régule donc bien les effets du G-CSF sur la production de neutrophiles. Mais on ne peut pas empêcher tout afflux de neutrophiles dans les poumons : ils sont nécessaires pour lutter contre les infections. En revanche, les auteurs montrent qu’on pourrait éviter l’ALI chez les souris déficientes en bcl3 en bloquant le G-CSF (cela à la fois dans le modèle de la transplantation et dans le modèle du sepsis). Cela réduit le nombre de neutrophiles qui entrent dans les poumons ; d’autres cytokines (GM-CSF, IL3) continuent à stimuler la production de neutrophiles mais pas au point de provoquer un ALI.

« Journal of Clinical Investigation », janvier 2011.

 Dr E. DE V.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Soutien de Fillon, l'ex-PDG d'Axa se défend d'avoir inspiré son programme Sécu

Henri de Castries

C'était un secret de Polichinelle : l'ancien PDG du groupe d'assurance Axa, Henri de Castries, a rendu public ce mardi son engagement clair... Commenter

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 51

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter