Un vaccin antituberculeux protecteur, même après l’exposition

Un vaccin antituberculeux protecteur, même après l’exposition

24.01.2011
Un nouveau candidat vaccin contre la tuberculose capable de conférer une protection avant et après exposition chez la souris va être testé à partir de mars en Afrique du Sud.
  • 1295878225220969_IMG_52614_HR.jpg

LE BCG est actuellement le seul vaccin disponible contre la tuberculose. S’il est très efficace pour prévenir les formes graves de la tuberculose chez les enfants, il protège mal les adultes contre la forme pulmonaire. Il ne prévient pas l’établissement d’une infection latente et persistante, comme en atteste le vaste nombre de personnes infectées de façon latente dans le monde, et la réactivation de la maladie clinique suite à une immunosuppression ou à une infection VIH.

Les vaccins antituberculeux en cours d’essais cliniques sont tous conçus comme des vaccins prophylactiques, c’est-à-dire pour une administration avant l’infection, et ils sont basés sur des antigènes exprimés de façon précoce. Les données sur des modèles murins suggèrent que même si ces vaccins représentent un progrès sur le BCG, aucun n’entraîne une immunité stérilisante. C’est dans ce contexte qu’Aagaard, Andersen et coll. ont développé un vaccin multistade (H56) visant à mieux contenir à long terme le bacille tuberculeux, et à prévenir la réactivation par une vaccination avant ou après l’exposition.

Ce vaccin combine 2 antigènes protecteurs précoces (Ag85B et ESAT-6), avec une protéine associée à la latence (Rv2660c).

Résultat, le vaccin H56 stimule une réponse cellulaire T contre les 3 composants protéiques, avec une forte proportion de cellules T CD4+ polyfonctionnelles.

Dans 3 modèles murins différents de pré-exposition, le vaccin H56 confère une immunité protectrice capable de mieux contenir l’infection tardive, par rapport au BCG et au vaccin H1 (Ag85B et ESAT-6).

Enfin, dans 2 modèles murins de tuberculose latente, le vaccin H56 administré après l’exposition est capable de contrôler la réactivation et d’abaisser significativement la charge bacillaire, en comparaison des souris témoins vaccinées avec l’adjuvant.

Sur la base de ces résultats, les chercheurs espèrent donc que la vaccination avec l’H56, avant et après exposition, pourra retarder la réactivation, et, en conséquence, réduire les flambées de tuberculose active et abaisser la transmission.

« Des essais cliniques commencent en mars au Cap, en Afrique du Sud », confie le Pr Andersen.

« Nature Medicine », Aagaard et coll., 23 janvier 2011, DOI: 10.1038/nm.2285.

Dr VÉRONIQUE NGUYEN
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Épilepsie : l'ANSM alerte sur le risque de décès liés à l'utilisation hors AMM du Prodilantin

ansm

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les médecins des services d'urgence, de... 1

Calomniée mais confortée, l'interne Sabrina Ali Benali s'explique

Sabrina Ali Benali

Sa vidéo postée sur Facebook le 11 janvier a été vue 11 millions de fois. Un record. L’interne Sabrina Ali Benali y interpelle la ministre... 58

Primaire à gauche : pleins feux sur la santé, la protection sociale et les mutuelles !

debat

Jeudi soir, la première demi-heure du troisième débat de la primaire à gauche a montré à quel point la santé et la protection sociale sont... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter