La bouche moins sèche dans les cancers ORL

La bouche moins sèche dans les cancers ORL

13.01.2011
Des Britanniques ont montré qu’une technique récente de radiothérapie, la radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (IMRT), réduit le risque de xérostomie à long terme dans les cancers de la tête et du cou.
  • 1294935870217892_IMG_51833_HR.jpg

UNE ÉTUDE britannique multicentrique, la première randomisée et contrôlée, vient en effet de montrer que la radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité pour les carcinomes épidermoïdes diminue la xérostomie à long terme en permettant de ne pas irradier les glandes parotides. Les bénéfices salivaires observés à un an après l’irradiation étaient maintenus à 2 ans, ainsi que l’amélioration de la qualité de vie. Et ce sans que la survie globale ne soit différente entre le groupe IMRT et le groupe radiothérapie conventionnelle.

Six centres britanniques ont participé à l’étude. Les patients éligibles avaient un cancer épidermoïde des voies aériennes digestives supérieures, oro- ou hypopharynx, devant être traité par radiothérapie première ou en postopératoire. Le risque de xérostomie était élevé, puisque la dose moyenne classiquement délivrée aux deux parotides est de l’ordre de 24 Gy. Après randomisation, chacun des deux bras, IMRT et radiothérapie conventionnelle, était composé de 47 patients.

Bénéfices à long terme

Dans l’étude, la xérostomie était évaluée à l’aide d’une échelle spécifique la LENT SOMA (en anglais pour Late Effects of Normal Tissues), cotée de 0 à 4, 0 correspondant à l’absence de xérostomie. L’incidence de la sécheresse buccale était mesurée par le nombre de sujets ayant une xérostomie cotée à plus de 2. Le suivi moyen était de 44 mois. Six patients sont décédés avant 1 an dans chacun des 2 groupes, sept patients du groupe conventionnel et 2 du groupe IMRT n’ont pas été évalués à 2 ans.

À 12 mois, la sécheresse buccale était significativement moins fréquente dans le groupe IMRT (25 des 34 patients du groupe conventionnel, versus 15 des 39 du groupe IMRT, soit 74 % versus 38 %). L’asthénie était le seul effet secondaire grave plus fréquent dans le groupe IMRT (18 des 44 sujets du groupe conventionnel versus 35 des 47 du groupe IMRT, soit 41 % versus 74 %). À 2 ans, les bénéfices salivaires se sont confirmés avec 83 % du groupe conventionnel ayant une bouche sèche versus 29 % dans le groupe IMRT. Au vu de leurs résultats à long terme sur la xérostomie et la qualité de vie, les auteurs se prononcent en faveur d’une utilisation systématique de la technique d’IMRT pour tous les cancers épidermoïdes de la tête et du cou.

« Lancet Oncology », publication en ligne du 13 janvier 2011. DOI:10.1016/S1470-2045(10)70290-4

 Dr IRÈNE DROGOU
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Soutien de Fillon, l'ex-PDG d'Axa se défend d'avoir inspiré son programme Sécu

Henri de Castries

C'était un secret de Polichinelle : l'ancien PDG du groupe d'assurance Axa, Henri de Castries, a rendu public ce mardi son engagement clair... 1

Appel à témoignagesTiers payant obligatoire : ça coince ou pas, vos retours d’expérience ?

1/3

Les médecins n’ont plus le choix. L’obligation du tiers payant sur la part remboursée par la Sécurité sociale est devenue effective le 1er... 56

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter