L’épidémie de grippe est en nette progression

L’épidémie de grippe est en nette progression

12.01.2011
  • 1294846491217501_IMG_51754_HR.jpg

Au cours de la semaine du 2 au 9 janvier 2011, « le taux d’incidence des consultations pour grippe clinique à partir du réseau unifié de grippe (données conjointes du réseau GROG et Sentinelles) est de 540 pour 100 000 habitants, en très nette augmentation par rapport aux semaines précédentes », souligne l’Institut de veille sanitaire (InVS) dans son bulletin hebdomadaire sur la grippe. Pour la dernière semaine de 2010, l’incidence des consultations était de 440/100 000.

L’épidémie progresse et touche l’ensemble du territoire métropolitain même si, note le réseau GROG, « l’Aquitaine, l’Auvergne, le Languedoc-Roussillon et la Lorraine semblent affectées avec un léger retard ». Le réseau estime que parmi les 1,14 million de personnes ayant consulté un médecin pour infection respiratoire aiguë, la part de la grippe représente 600 000 cas.

Depuis la dernière semaine de décembre, le virus A(H1N1)v est majoritaire, représentant désormais un tiers des virus grippaux isolés à partir des prélèvements effectués par le réseau.

« Le niveau d’activité des syndromes grippaux devrait continuer d’augmenter la semaine prochaine et pourrait atteindre son pic », estime le réseau Sentinelles, qui constate également une augmentation d’incidence des syndromes grippaux par rapport à la semaine dernière : 558 cas pour 100 000 au lieu de 363 pour 100 000 habitants (soit 353 000 nouveaux cas).

La surveillance des cas graves mise en place depuis la semaine 50 (du 6 au 12 décembre) a été élargie à l’ensemble des services de réanimation pédiatrique et adulte « du fait d’une proportion importante de cas graves sans facteurs de risque », souligne l’InVS. Cette surveillance exhaustive a démarré début janvier. Le nombre de signalements de cas graves enregistrés depuis la semaine 50 est de 175. Les 15-64 ans sont les plus touchés, la majorité (61 %) présentant un facteur de risque. « D’où l’importance de la vaccination dans ces populations fragiles », rappelle l’InVS, qui signale toutefois que « 39 % des cas graves sont sans facteur de risque ». La majorité de ces cas graves (61 %) a été infectée par un virus A(H1N1)v.

 Dr L. A.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 1

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter