La circoncision réduit la transmission des HPV

La circoncision réduit la transmission des HPV

07.01.2011
Plusieurs études observationnelles l’avaient montré. Les partenaires féminines d’hommes circoncis ont un risque abaissé de cancer du col. Mais ces travaux n’étaient pas suffisamment probants. Pour tenter de répondre de manière plus précise à l’interrogation sur la moindre transmission des HPV, et donc du risque de cancer, lorsque le partenaire est circoncis, il fallait un essai contrôlé randomisé. C’est ce qu’a mis en place une équipe américano-ougandaise, Maria J. Wawer et coll. L’étude menée de 2003 à 2006 confirme la notion, mais ne lui attribue qu’une protection partielle.
  • 1294416950216230_IMG_51377_HR.jpg

DES HOMMES et des femmes, non infectés par le VIH, ont été enrôlés dans deux essais contrôlés, randomisés à Rakai (Ouganda). Les hommes ont été répartis en deux groupes, l’un circoncis d’emblée, l’autre au bout de 24 mois (témoins). En ce qui concerne les partenaires féminines, elles étaient 648 pour le groupe circoncis et 597 pour le groupe témoin. Elles recevaient des informations et de quoi réaliser des auto-prélèvements vaginaux, à l’enrôlement, à 12 et à 24 mois. Les infections par papillomavirus faisaient l’objet de l’étude en ce qui concerne leur prévalence et leur incidence.

Au terme des deux ans, les données ont été disponibles pour 544 femmes du groupe circoncis et 488 du groupe témoin. Une infection par un HPV à risque était mise en évidence chez 151 (27,8 %) participantes du premier groupe et 189 (38,7 %) du second. Le rapport des risques est de 0,72. Au cours de l’essai, l’incidence des infections était moindre chez les partenaires d’hommes circoncis, avec 20,7 infections/100 personnes-an, contre 26,9, soit un ratio d’incidence de 0,77.

Malgré cela, le travail connaît quelques limites. Chez 20 % des femmes des deux groupes des prélèvements n’ont pu être obtenus à l’enrôlement, ce qui modifie peu les résultats dans la mesure où le taux est similaire dans les deux groupes. Les participants avaient dans l’ensemble une vie de couple stable, réduisant de ce fait le risque de contaminations. La détection des HPV, enfin, n’est pas toujours aisée dans la mesure où des infections antérieures peuvent se réactiver et les prélèvements être de qualité variable.

Les auteurs concluent que la protection conférée n’est donc que partielle et que la prévention conserve toute son importance.

« Lancet » doi:10.10.1016/S0140-6736(10)61967-8.

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mise à jour des diplômes, nouveau statut, évaluation des compétencesRéforme de l'internat : ce qui va changer en 2017

med legale

Le décret très attendu engageant la réforme du 3 e cycle vient d'être publié au « Journal Officiel ». Comment seront formés les médecins de... Commenter

Pr Alain Fischer (immunologiste, AP-HP) : « La priorité absolue, c'est de protéger les plus vulnérables » Abonné

fischer

La Pr Alain Fischer, immunologiste et père de la thérapie des « bébés-bulle », a présidé le comité d'orientation de la concertation... Commenter

Une généraliste obtient la condamnation d'un patient qui l'accusait à tort de refus de soins

proces

Attaque, riposte. Un patient l'avait attaquée devant les juridictions ordinales pour refus de soins avant de retirer sa plainte. Le Dr... 66

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter