Les méthodes à l’étude pour éviter la greffe de cornée dans le kératocône

Les méthodes à l’étude pour éviter la greffe de cornée dans le kératocône

04.01.2011
Les Drs Jean-Louis Arné et Pierre Fournie (hôpital Purpan, Toulouse), responsables de l’un des deux centres nationaux de référence du kératocône, présentent à l’Académie de médecine les techniques récentes proposées en alternative à la greffe de cornée.
  • 1294162240215323_IMG_51190_HR.jpg

La gestion du kératocône est en train d’être modifiée par l’introduction de nouvelles méthodes, qui pourront éventuellement être combinées.

Le kératocône est une dystrophie stromale primitive, qui produit un amincissement progressif de la cornée, conduisant à une ectasie cornéenne responsable d’une baisse visuelle (forte myopie et un astigmatisme de haut degré).

Le traitement conservateur commence par une correction par verres ou lentilles de contact. Quand cela ne permet pas d’obtenir une bonne acuité visuelle, la chirurgie est indiquée.

Le traitement chirurgical s’est longtemps limité à la greffe de cornée. Mais depuis quelques années, de nouvelles options chirurgicales plus conservatrices sont apparues. Dans le centre de référence de l’hôpital Purpan, ces techniques ont été appliquées à un certain nombre de patients.

Il s’agit de :

- La technique du « cross-linking » visant à améliorer la résistance du collagène. Le « cross-linking » du collagène, ou liaisons qui unissent les fibrilles et les lamelles qui le composent, est anormalement réduit dans le kératocône. Théo Seiler a proposé une méthode pour augmenter la réticulation du collagène. Après instillation de riboflavine (vitamine B2), la cornée est soumise à une irradiation par UVA, ce qui fait produire des radicaux libres oxygénés qui vont former des liens entre les chaînes de collagène.

Les résultats apparaissent inconstants, « néanmoins, nos observations à deux ans semblent montrer une nette tendance en faveur d’une stabilisation dans la majorité des cas et une régression du bombement cornéen dans certains cas. »

- L’insertion de segments d’anneau en polyméthyl métacrylate dans les couches du stroma cornéen pour tenter de corriger la déformation. Ils sont implantés au niveau du secteur le plus bombé de façon à aplatir le sommet du cône et régulariser la forme de la cornée. L’effet réfractif sur l’astigmatisme apparaît limité, mais cette technique séduit par son caractère peu agressif, sa réversibilité et la possibilité d’amélioration de l’acuité visuelle.

- Une méthode d’implants intra-oculaires toriques pour corriger l’astigmatisme sans intervenir sur la cornée, est à l’étude. Peu de cas ont été concernés. Elle pourrait avoir un intérêt dans les kératocônes présentant de fortes amétropies sphériques et cylindriques avec cornée claire.

Dr BÉATRICE VUAILLE

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Régime complémentaire et ASV : la retraite « en temps choisi » applicable dès 2017 !

CARMF Médecin retraite

Tout vient à point… Après l'échec en 2014 d'un premier projet de « retraite à la carte » (une réforme du seul régime complémentaire... 1

Contraception Essure : après le lancement d'une action judiciaire, le CNGOF appelle à un recueil fiable des données

Essure

Les micro-implants tubaires Essure de contraception définitive font l'objet d'une première action en justice en France contre le fabricant... Commenter

« Bref, je suis interne d’ortho », la parodie d’un étudiant visionnée près de 400 000 fois

En bref Interne en ortho

Rémi di Francia n’en revient pas. Sa vidéo parodique sur l'internat diffusée le 16 novembre dernier rencontre un énorme succès sur les... 9

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter