Des souris nées de deux pères

Des souris nées de deux pères

10.12.2010
Des chercheurs ont pu faire naître des souriceaux mâles et femelles à partir de cellules souches pluripotentes induites prélevées exclusivement chez des souris mâles. Pour y parvenir, Jian Min Deng et coll. (Houston) ont eu recours à la technique des cellules souches pluripotentes induites, les iPS.
  • 1291999347212817_IMG_50589_HR.jpg

POURRAIT-ON dès lors envisager un jour une forme de reproduction sans participation féminine ? Certainement pas, car, si les deux gamètes ont pu être obtenus de souris mâles, il a bien fallu que l’œuf fécondé soit implanté dans un utérus pour la gestation.

Au-delà de la prouesse technique quel peut être l’intérêt d’une telle avancée. L’équipe de Richard R. Behringer y voit des implications éventuelles chez l’humain et chez l’animal. En médecine, dans le cadre de l’aide à la procréation ; dans certaines infertilités associées à une anomalie chromosomique, comme le syndrome de Turner. En élevage, pour sélectionner des lignées. Enfin, il y aurait là un moyen de préserver des espèces animales en voie d’extinction. « Si tout cela devient possible, ajoutent-ils. Un jour, deux hommes pourraient concevoir leurs propres fils et filles génétiques. »

Le parcours biologique pour obtenir le résultat escompté apparaît tortueux. L’équipe a tout d’abord dédifférencié des fibroblastes du « père 1 » en iPS. Partant de ce qu’ils avaient constaté sur les cellules souches embryonnaires, ils ont isolé un sous-clone d’iPS (environ 1 %) porteuses, non pas du caryotype normal XY, mais d’un X uniquement. Ces cellules, dites X0, sont de fait féminines. Chez l’humain, un embryon avec un tel caryotype n’est en général pas viable, en cas de survie, la fillette est atteinte du syndrome de Turner.

L’étape suivante a consisté à provoquer la différenciation de ces iPS X0 en ovocytes. Notamment, au cours de l’ovogénèse, ces cellules ont subi une méiose. À cette étape, les auteurs considèrent la persistance de l’empreinte génétique « maternelle » comme un élément clé du succès. Les ovocytes ont ensuite été fécondés par des spermatozoïdes issus du « père 2 ». C’est ainsi que les Texans ont obtenu 27 souriceaux mâles et femelles.

« Biology of Reproduction », doi :10.1095/biolreprod.110.088831.

lequotidiendumedecin.fr, le 10/12/2010

 Dr GUY BENZADON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes

À Reims, la corpo et le CHU déroulent le tapis rouge aux nouveaux internes-1

Le comité des internes de Reims Champagne-Ardenne (CIRC) et le CHU de Reims organisent depuis deux ans une journée pour accueillir les... Commenter

Fils de médecins, Macron défend la « révolution » de la santé  Abonné

MACRON

Plutôt qu'un « catalogue d'espoirs déçus », c'est une « vision, un récit, une volonté » que propose Emmanuel Macron dans son ouvrage «... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter