Un peu d’aspirine contre plusieurs cancers

Un peu d’aspirine contre plusieurs cancers

07.12.2010
Soixante-quinze milligrammes d’aspirine, la dose est faible, mais, prise quotidiennement, elle réduirait de 20 % la mortalité tous cancers confondus.
  • 1291740267211484_IMG_50157_HR.jpg

CE SONT LES CONCLUSIONS d’une métaanalyse britannique sur 8 essais cliniques englobant 25 570 sujets. Après l’avoir démontré pour le cancer colorectal, le Pr Peter Rothwell de l’université d’Oxford et ses collègues suggèrent en effet qu’une faible dose d’aspirine par jour au long cours permettrait de réduire la survenue de plusieurs autres cancers, tels que les cancers de la prostate, du poumon ou de l’œsophage. Après 5-10 ans d’aspirine quotidienne, la mortalité toutes causes confondues, y compris les hémorragies sévères, serait diminuée d’environ 10 %.

Dans ces essais conçus pour évaluer la prévention cardio-vasculaire et non la mortalité par cancer, les chercheurs ont étudié les décès survenus pendant et après la durée d’étude, en comparant des patients prenant de l’aspirine tous les jours à ceux n’en prenant pas. Sur les trois essais ayant un suivi prolongé (12 659 patients, 1 634 décès), la mortalité par cancer à 20 ans est restée inférieure de 20 % dans le groupe traité par aspirine. L’effet débute environ après 5 ans de traitement pour les cancers de l’œsophage, du pancréas, du cerveau et du poumon, le délai est un peu retardé, apparaissant au-delà dans le temps pour les cancers colorectaux, de l’estomac et de la prostate.

Selon l’analyse sur une vingtaine d’années, la réduction du risque de décès est d’environ 20 % pour le cancer de la prostate, de 30 % pour celui du poumon, de 40 % pour le cancer colorectal et de 60 % pour celui de l’œsophage. L’aspirine semble plus profitable aux adénocarcinomes, en particulier pour les cancers de l’œsophage et du poumon. Peu importe que la posologie soit forte, l’effet semble le même que l’aspirine soit administrée à 75 mg par jour ou plus. En revanche, il s’avère qu’au bout de 20 ans de traitement, la plus forte diminution de mortalité par cancer est constatée chez les sujets âgés de 65 ans et plus. Ce qui fait écrire aux auteurs que la meilleure tranche d’âge pour débuter l’aspirine se situerait sans doute vers la cinquantaine.

« The Lancet ». DOI:10.1016/S0140-6736(10)62110-1.

lequotidiendumedecin.fr, le 07/12/2010

Dr I. D.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Temps de travail non respecté : les internes de Marseille mettent en demeure l'AP-HM

aphm

Le Syndicat autonome des internes des hôpitaux de Marseille (SAIHM) a sommé, ce lundi 16 janvier, l'Assistance publique-Hôpitaux de... 2

Légalisation du cannabis : non pour Valls et Montebourg, oui pour les autres candidats à la primaire à gauche

cannabis

Les sept candidats à la primaire de la gauche ont exprimé leurs diverses positions au sujet du cannabis lors du deuxième débat télévisé, le... Commenter

Pourquoi je refuse le tiers payant : le SML édite à son tour une affiche

sml

Le refus de la généralisation du tiers payant obligatoire continue d'inspirer les syndicats de médecins libéraux. Après l'affiche de la... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter