Sarkozy dévoile son plan d’action pour la médecine de proximité

Sarkozy dévoile son plan d’action pour la médecine de proximité

01.12.2010
Le président de la République a profité de son déplacement dans le pôle de santé d’Orbec, dans le Calvados, pour détailler la feuille de route du gouvernement pour la médecine libérale.
  • 1291211685209308_IMG_49604_HR.jpg

NICOLAS SARKOZY s’est rendu ce mercredi en Basse-Normandie, accompagné du ministre et de la secrétaire d’État aux manettes de la Santé, Xavier Bertrand et Nora Berra, ainsi que d’Élisabeth Hubert, ancienne ministre de la Santé, qui a remis la semaine dernière au chef de l’État un rapport sur l’avenir de la médecine de proximité. Après une rapide visite du nouveau pôle de santé libéral et ambulatoire créé à Orbec sous l’impulsion du président de l’URML de Basse-Normandie, le Dr Antoine Leveneur, Nicolas Sarkozy a assisté à une table ronde au cours de laquelle il a annoncé qu’il allait prendre des premières mesures d’ici à la fin de l’année pour répondre à la « crise identitaire » de la médecine libérale.

« Xavier Bertrand et Nora Berra vont s’atteler à la mise en place des propositions contenues dans le rapport que m’a rendu Élisabeth Hubert la semaine dernière », a indiqué le chef de l’État. Le monde médical est aujourd’hui en situation de défiance vis-à-vis des politiques à qui ils reprochent de faire beaucoup de discours et de ne pas prendre de décision. »

Le président a précisé le plan d’action de son gouvernement réalisé en concertation avec les professionnels pour préserver une offre de santé médicale en exercice libéral. « Vous n’aurez pas longtemps à attendre, a-t-il lancé aux quelque 300 personnes réunies dans le centre culturel d’Orbec. Nous n’aurons pas tout fait d’ici à la fin de décembre, mais en 2011, si. »

Le chef de l’État a annoncé plusieurs mesures concernant la formation des médecins, la simplification administrative et leur rémunération. Reprenant à son compte plusieurs propositions du rapport Hubert, il a déclaré vouloir « réhabiliter la filière de médecine générale ». « Nous souhaitons augmenter le nombre de maîtres de conférence, et aider les médecins installés à accueillir les internes. Nous ne comptons pour l’heure que seulement 3 500 maîtres de stages il nous en faudrait deux fois plus », a martelé Nicolas Sarkozy. Il a également insisté sur la nécessité de rendre « obligatoire » le passage des futurs omnipraticiens « aux côtés d’un médecin généraliste » : « Nous devons augmenter, pendant l’internat, les périodes de stage et aligner le recrutement des enseignants de médecine générale sur celle des autres disciplines. »

Pour faciliter le regroupement des professionnels de santé, Nicolas Sarkozy a déclaré qu’un « nouveau véhicule juridique adapté à la situation des pôles de santé libéraux » serait mis en œuvre. Il pourrait être présenté sous la forme d’une proposition de loi portée « dès les premières semaines de 2011 » par le sénateur UMP des Hauts-de-Seine, Jean-Pierre Fourcade. Un guichet unique pour tous les professionnels de santé doit voir le jour « avant le 1er juillet 2011, au sein des agences régionales de santé » pour faciliter la création des structures d’exercice regroupé.

« La médecine est face à une crise identitaire. Les médecins aiment leur métier, mais ils ne sont pas à l’aise avec leurs conditions d’exercice et doivent aussi faire face au problème de la répartition du temps consacré à la médecine et celui dévolu aux tâches administratives », a poursuivi Nicolas Sarkozy. Le chef de l’État a annoncé la mise en place, avant la fin de l’année d’une « instance permanente de simplification administrative » pour parvenir, au premier trimestre 2011, « à la suppression de la paperasserie ».

Le président a enfin présenté un « système en trois étages » de rémunération. Le premier serait le paiement à l’acte ; le deuxième comprendrait une part de rémunération complémentaire forfaitaire pour « financer certaines activités ou certaines contraintes » inhérentes à l’exercice, notamment en zones sous-médicalisées ; un troisième niveau serait déterminé en fonction d’objectifs de santé publique et d’efficience.

lequotidiendumedecin.fr, le 01/12/2010

 DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL CHRISTOPHE GATTUSO
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
04.12.2010 à 22h52

« 75 heures, formidable ! »

Répondre
 
02.12.2010 à 18h54

« Encore un coup d'épée dans l'eau ! Je pensais qu'enfin le revenu des médecins généralistes allait être revalorisé à sa juste valeur (8 années de sacrifices et aujourd'hui 75 heures de travail hebdom Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Pollution de l'air : la DGS appelle à la vigilance pour les plus vulnérables

alternee

Alors que l'épisode de pollution de l'air aux particules fines PM10 s'étend sur l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, le... Commenter

Vaccination par les pharmaciens, protection maternité : le budget de la Sécu définitivement adopté

vaccin ph

Le Parlement a adopté définitivement ce lundi, par un ultime vote de l'Assemblée nationale, le PLFSS 2017 (projet de loi de financement de... Commenter

Fils de médecins, Macron défend la « révolution » de la santé  Abonné

MACRON

Plutôt qu'un « catalogue d'espoirs déçus », c'est une « vision, un récit, une volonté » que propose Emmanuel Macron dans son ouvrage «... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter