Le ministre de l’Intérieur interpellé sur la sécurité des médecins

Le ministre de l’Intérieur interpellé sur la sécurité des médecins

30.11.2010
La mort du généraliste lyonnais Guy Perrot, retrouvé ligoté dans son cabinet le 24 novembre, victime d’un arrêt cardiaque dû à une situation de stress probablement lors d’un vol, ravive l’inquiétude des médecins au sujet de leur sécurité. « Ce type de violence est inacceptable », a réagi le président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), Michel Chassang.
  • 1291119432208749_IMG_49466_HR.jpg

CE TRISTE événement n’est, en effet, qu’un épiphénomène, révélateur d’un climat d’insécurité qui s’aggrave. Si le nombre d’incidents est resté stable en 2009, en revanche la gravité des agressions s’est accrue. Les attaques physiques ont progressé de 16 %, contre 11 % l’année précédente. Et le taux de violences verbales est le plus haut depuis la création de l’observatoire en 2004, atteignant 53 % des incidents déclarés. Les vols et tentatives de vol sont la deuxième cause de violences. Et les généralistes sont les professionnels les plus touchés (62 %).

C’est ainsi en réaction à la mort du médecin lyonnais et pour protester contre cet état de fait que Michel Chassang écrit aujourd’hui au ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux, avec copie au ministre du Travail et de la Santé Xavier Bertrand. « Au moment où le chef de l’État fait de la médecine libérale une de ses priorités, la CSMF souhaite que le dossier de la sécurité d’une profession très exposée et de plus en plus féminine soit traité et débouche rapidement sur la mise en place de réponses efficaces. »

Une réunion demandée.

Dans cette missive, Michel Chassang rappelle qu’en guise de « réponses efficaces », son syndicat avait déjà proposé plusieurs solutions concrètes en 2003, alors que Nicolas Sarkozy était au ministère de l’Intérieur. Parmi elles, l’installation de caméras et d’un boîtier de téléalarme dans les cabinets, la distribution d’un fascicule d’information, l’accompagnement ponctuel des visites difficiles par un policier et la mobilisation d’un chauffeur de nuit, ainsi que la simplification des procédures juridiques et policières en faveur des médecins.

Le CSMF, en qualité de premier syndicat médical français, demande à Brice Hortefeux une réunion de travail afin de mettre en œuvre des mesures « très attendues par les médecins libéraux ».

lequotidiendumedecin.fr, le 30/11/2010

 COLINE GARRÉ
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Cancer du col de l'utérus : le frottis permet d'éviter 9 cas sur 10

FROTTIS

« Grâce au frottis de dépistage, le cancer du col de l’utérus peut être évité dans 9 cas sur 10 », rappelle l'Institut national du cancer (I... 2

Hamon et Valls, deux candidats qui bousculent les médecins libéraux

hamon valls

Benoît Hamon a créé la surprise ce dimanche en remportant avec 36,3 % des voix le premier tour de la primaire à gauche devant l'ex-Premier... 8

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter