Les gros enfants risquent d’avoir mal au coeur

Les gros enfants risquent d’avoir mal au coeur

26.11.2010
Une étude publiée dans le « BMJ » montre que l’indice de masse corporelle (IMC), le tour de taille et la masse grasse totale entre 9 et 12 ans sont associés à des facteurs de risque cardio-vasculaires à 15-16 ans.
  • 1290791239207923_IMG_49291_HR.jpg

ON sait qu’ un IMC élevé dans l’enfance ou dans l’adolescence est associé à un risque cardio-vasculaire accru ultérieurement, et que cette association est linéaire. Mais, d’une part, on manque d’études prospectives ; d’autre part, on estime que l’IMC est un mauvais reflet de l’adiposité dans l’enfance. Enfin, on n’a pas exploré le lien entre les différentes mesures de l’adiposité et le risque cardio-vasculaire. D’où l’intérêt d’une nouvelle étude longitudinale dont l’objectif était d’évaluer les associations prospectives entre, d’un côté, IMC, tour de taille et masse grasse dans l’enfance et, de l’autre, risque cardio-vasculaire à l’âge de 15-16 ans.

Ont été inclus 5 235 enfants âgés de 9 à 12 ans. En pratique, on a mesuré l’IMC, le tour de taille et la masse grasse (par absorptiométrie biphotonique) à l’inclusion puis à 15-16 ans.

À 15-16 ans, on évaluait également la tension systolique et diastolique, la glycémie à jeun, l’insulinémie, les triglycérides, le LDL cholestérol et le HDL cholestérol.

Sans entrer dans les détails, l’étude montre que le tour de taille et la mesure directe de la masse grasse dans l’enfance font aussi bien mais pas mieux que l’IMC en ce qui concerne une association à des facteurs de risque cardio-vasculaires dans l’adolescence.

Par ailleurs, les filles dont le surpoids évolue favorablement entre l’enfance et l’adolescence ont à l’adolescence un profil de risque cardio-vasculaire similaire à celui des filles qui n’étaient pas en surpoids. Chez les garçons, les choses sont un peu différentes : ceux qui passent d’un surpoids à un poids normal ont un risque cardio-vasculaire intermédiaire entre celui des garçons qui avaient un poids dans l’enfance et dans l’adolescence et celui des garçons qui avaient un surpoids dans l’enfance et dans l’adolescence.

Debbie Lawlor et coll. « BMJ » en ligne.

lequotidiendumedecin.fr, le 26/11/2010

 Dr EMMANUEL DE VIEL
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Mise à jour des diplômes, nouveau statut, évaluation des compétencesRéforme de l'internat : ce qui va changer en 2017

med legale

Le décret très attendu engageant la réforme du 3 e cycle vient d'être publié au « Journal Officiel ». Comment seront formés les médecins de... 1

Pr Alain Fischer (immunologiste, AP-HP) : « La priorité absolue, c'est de protéger les plus vulnérables » Abonné

fischer

La Pr Alain Fischer, immunologiste et père de la thérapie des « bébés-bulle », a présidé le comité d'orientation de la concertation... Commenter

Une généraliste obtient la condamnation d'un patient qui l'accusait à tort de refus de soins

proces

Attaque, riposte. Un patient l'avait attaquée devant les juridictions ordinales pour refus de soins avant de retirer sa plainte. Le Dr... 66

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter