Mort de Georges Charpak, prix Nobel et scientifique engagé

Mort de Georges Charpak, prix Nobel et scientifique engagé

30.09.2010
« Je souhaite que les scientifiques soient les bouffons du roi, en toute liberté » disait au « Quotidien », en mars 1997, Georges Charpak, qui vient de mourir à l’âge de 86 ans. Né dans un ghetto juif de Pologne, arrivé en France à l’âge de 7 ans, résistant qui avait connu le camp de Dachau, le prix Nobel de physique 1992 est resté toute sa vie un homme engagé, qu’il s’agisse du désarmement nucléaire ou de l’enseignement des sciences, entre autres.
  • 1285870474185487_IMG_44308_HR.jpg

CHERCHEUR au CNRS, dans le laboratoire de Frédéric Joliot-Curie, puis au CERN, à Genève, c’est pour « l’invention et le développement de détecteurs de particules élémentaires, en particulier la chambre proportionnelle multifils » qu’il est distingué par le jury Nobel. Ses travaux sur les détecteurs ont fait faire des progrès décisifs à la physique des particules mais aussi à la médecine et à la biologie. Il a lui-même contribué à la mise au point d’appareils d’imagerie médicale innovants et, à 84 ans, travaillait encore au développement d’un appareil de radiologie permettant de diminuer fortement l’irradiation des enfants.

Ses travaux portaient aussi notamment sur l’étude des couches nucléaires profondes, à l’aide de pions positifs, la canalisation des particules de haute énergie dans les cristaux ou les détecteurs gazeux à avalanches lumineuses.

En 1978, Georges Charpak avait refusé de se rendre en Union soviétique pour un congrès consacré, entre autres, à ses travaux, pour protester contre la condamnation à sept ans de camp du physicien dissident Youri Orlov. Il était un militant infatigable contre le nucléaire militaire mais se battait contre « les superstitions » qui entourent le nucléaire civil. Il travaillait aussi à donner le goût des sciences aux jeunes, en particulier avec le programme La main à la pâte, lancé en 1995 avec le soutien de l’Académie des sciences et ses collègues Pierre Léna et Yves Quéré, et qui est aujourd’hui utilisé dans les écoles primaires de plus de 30 pays. Il était l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, le dernier, publié en 2008 chez Odile Jacob s’intitulant « Mémoires d’un déraciné, physicien, citoyen du monde ».

Quotimed.com, le 30/09/2010

RENÉE CARTON
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
Brève

Présidentielle : le monde de la Recherche appelle à voter contre Marine Le Pen

le pen

Neuf dirigeants des principaux organismes publics de recherche ont appelé ce 27 avril « à voter contre » Marine Le Pen au second tour de... 7

À Belle-Île-en-Mer, François Hollande lance les travaux de reconstruction de l'hôpital

hollande

François Hollande a lancé officiellement, ce vendredi, la reconstruction de l’hôpital Yves-Lanco, à Belle-Île-en-Mer (Morbihan), la plus... 5

Allergies alimentaires : les allergologues réclament des moyens

« Les allergies alimentaires constituent aujourd’hui la deuxième vague d’augmentation des allergies après celle des allergies respiratoires... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter