Réanimation des prématurés avant 25 SA - La décision doit rester individuelle

Réanimation des prématurés avant 25 SALa décision doit rester individuelle

26.06.2006
Dans un rapport présenté et adopté à l’Académie de médecine la semaine dernière, les Prs Bernard Salle et Claude Sureau se prononcent sur la prise en charge du prématuré de moins de 28 semaines d’aménorrhée (SA). Après 25 semaines, la mise en oeuvre des soins destinés à favoriser la survie en salle de naissance, puis en unité de néonatalogie est justifiée. En revanche, à 25 semaines ou avant, la réanimation en salle de naissance ne doit pas être systématique, une stratégie adoptée aux Etats-Unis, mais qui ne fait pas l’objet d’un consensus en France et en Europe.
  • 1276201713F_Img234340.jpg

DOIT-ON RÉANIMER à titre systématique les enfants à la naissance quels que soient leur âge gestationnel et leur poids, suivre l’évolution en unité de néonatalogie et se réserver la possibilité d’interrompre les soins en cas de signes laissant présager une évolution défavorable ou un handicap futur ? Cette stratégie est adoptée dans la plupart des centres de périnatalogie...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
desert

La démographie chancelle dans la capitaleParis, futur désert médical ? Abonné

Année après année, la capitale perd ses médecins libéraux, spécialement ses généralistes. Coût exorbitant du foncier et des loyers, poids des charges, difficultés de circulation, mise aux normes, concurrence du public : les raisons de la crise libérale ne manquent pas et les autorités peinent à trouver des remèdes. 3

Souffrance des soignants : la plateforme SPS a reçu 250 appels depuis fin novembre, surtout des femmes

sps

La plateforme d'appel* de l'association Soins aux professionnels de santé (SPS), lancée le 28 novembre et présidée par l'ancien patron du... Commenter

Un quart des patients éviteraient des biopsies inutilesL'IRM défend sa place en 1e intention dans le cancer de la prostate Abonné

irm prostate

Une IRM mutiparamétrique permettrait d'éviter les biopsies inutiles chez un patient sur quatre, suggère l'étude PROMIS dans «The Lancet ».... 3

Radié par l'Ordre pour non-paiement de ses impôts, un généraliste réhabilité par le conseil d'État

radié

Le fait pour un praticien de ne pas avoir payé ses impôts constitue-t-il un comportement de nature à déconsidérer la profession ? Oui, à en... 2

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter