« L'armée de base » se sent laissée pour compte

« L'armée de base » se sent laissée pour compte

21.02.2005
Peu associés à l'élaboration du tout nouveau plan gouvernemental de réduction des risques professionnels, les médecins du travail ne trouvent pas leur compte dans les mesures arrêtées. Ils s'inquiètent surtout, dans un contexte de réduction de leurs moyens, de la très faible médicalisation prévue de la santé au travail. Un paradoxe, dénoncent-ils, pour qui veut améliorer la qualité des prises en charge.

L'ACCUEIL QU'ONT réservé les médecins du travail au plan Santé au travail présenté la semaine dernière par les ministres Jean-Louis Borloo et Gérard Larcher (« le Quotidien » du 18 février) est plus que froid. Plusieurs raisons à cette grande réserve, et d'abord le contexte dans lequel est venu s'inscrire ce nouveau plan, quelques mois après que, l'été...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Emmanuel Macron veut doubler le nombre de maisons de santé d'ici à 2022

macron

Emmanuel Macron a dévoilé ce vendredi le cadrage économique et budgétaire de son projet présidentiel, promettant 60 milliards d'euros... 6

Successeur, recrutement : des médecins ou des communes s'en remettent à Facebook

successeur

Quand les généralistes ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un successeur, ou quand des maires ne trouvent pas la perle rare... Commenter

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans

Les pédiatres réclament des consultations obligatoires de prévention et de dépistage entre 7 et 13 ans-1

Le Syndicat national des pédiatres français (SNPF) demande l'instauration de consultations obligatoires de dépistage et de prévention aux... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter