Intermittents : le diagnostic des médecins du travail

Intermittents : le diagnostic des médecins du travail

09.07.2003
Malgré le maintien du système actuel d'indemnisation du chômage jusqu'à la fin de l'année, le conflit des intermittents du spectacle (IS) n'est pas désamorcé et l'inquiétude demeure sur le sort des festivals de l'été . « Le Quotidien » a interrogé les médecins du travail qui assurent le suivi des IS. Troubles psychosomatiques, HTA, anxiété et infarctus liés aux stress intense constituent les pathologies professionnelles les plus fréquentes chez ces précaires, pourtant très rarement en arrêt-maladie.

26, rue Notre-Dame-des-Victoires, dans le 2e arrondissement de Paris, le centre médical de la Bourse. C'est là que, depuis 1959, une quinzaine de médecins du travail sont à l'écoute des problèmes de santé des professionnels du spectacle, artistes et techniciens, permanents et intermittents.

De beaucoup les plus nombreux, les IS font l'objet de quelque 30 000 visites annuelles. « Ce...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les dépassements rétablis à l'hôpital, une « insulte à la démocratie » selon les usagers

depassement

Le Collectif interassociatif sur la santé (CISS, usagers) s'offusque de la récente ordonnance rétablissant officiellement les dépassements... Commenter

Avec la salle de consommation à moindre risque, « 8 000 injections n'ont pas eu lieu dans l'espace public », dit le Dr Jean-Pierre Lhomme (Gaïa)

salle shoot

Le 17 octobre 2016, s'ouvrait, dans des locaux attenants à l'hôpital Lariboisière (AP-HP), la salle parisienne de consommation à moindre... 1

A découvrir

l'annuaire du-diu

GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter

imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter