Un entretien avec le président du Syndicat national de l'industrie - « Le gouvernement nous envoie un message clair : licenciez », déclare Jean-Jacques Bertrand

Un entretien avec le président du Syndicat national de l'industrie « Le gouvernement nous envoie un message clair : licenciez », déclare Jean-Jacques Bertrand

30.09.2001
Réagissant vivement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale, qui prévoit notamment un taux de progression maximal de 3 % en 2002 du chiffre d'affaires de l'industrie pharmaceutique, tout en alourdissant les taxes sur la promotion, Jean-Jacques Bertrand, président du SNIP, estime, dans l'entretien que « le Quotidien » publie aujourd'hui, que les pouvoirs publics restent figés sur leurs principes, sans s'interroger sur les besoins médicaux des Français et leurs attentes. Le gouvernement, dit-il, nous envoie clairement un message : licenciez.
  • 1276511927F_Img72739.jpg

LE QUOTIDIEN
Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale fixe à 3 %, comme l'an dernier, la progression du chiffre d'affaires de l'industrie pharmaceutique en 2002. Au-delà, les laboratoires seront financièrement sanctionnés. Quelle est la réaction du président du SNIP ?
JEAN-JACQUES BERTRAND

Rien n'a changé. Le même système d'inspiration comptable...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Médecin
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add
FILLON

François Fillon : « Le gouvernement socialiste a montré son mépris des médecins »

« Pas question de toucher à l'assurance-maladie, et encore moins de la privatiser ». Après des semaines de polémique, le candidat LR à l'élection présidentielle détaille sa contre-attaque sur le terrain de la santé. Il reproche au gouvernement d'avoir voulu imposer aux médecins le tiers payant – dont il supprimera, s'il est élu, le caractère obligatoire. Entretien. 14

À Saint-Lunaire, branle-bas de combat pour remplacer un généraliste

st lunaire

À Saint-Lunaire (Ille-et-Vilaine), station balnéaire près de Dinard, la prochaine saison touristique donne des sueurs froides à la mairie. L... Commenter

Les décotes tarifaires unilatérales ne passent pasLes radiologues prêts au bras de fer avec la CNAM Abonné

radiologue

Furieux de l'entrée en vigueur de nouvelles baisses de tarifs et des forfaits techniques imposées par l'assurance-maladie, les radiologues... 3

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions

Assises parisiennes de la santé : défibrillateurs, santé sexuelle, jeunes médecins... un florilège de propositions-1

Après dix mois de débats, une cinquantaine d’évènements réunissant plus de 2 000 personnes et une « importante » concertation sur Internet,... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter