Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

546 cas d’intoxication aux champignons en deux mois, l’InVS lance une alerte

 14/10/2013
  Imprimer  Envoyer par email
 

« Ne consommez jamais un champignon dont l’identification n’est pas certaine ! » La formule a été dite et redite et le principe semble évident. Pourtant l’Institut de veille sanitaire (InVS) la reprend pour sa campagne de sensibilisation automnale. Entre le 1er juillet et le 6 octobre 2013, l’Institut a répertorié 546 cas d’intoxication par les champignons. Et notamment un cas grave chez un enfant de 18 mois ayant nécessité une greffe hépatique.

Du fait des conditions météo pluvieuses, ces cas enregistrés au cours de ces dernières semaines par le réseau des Centres antipoison et de toxicovigilance (CAPTV) sont en forte augmentation : 25 cas du 9 au 15 septembre, puis 177 du 30 septembre au 6 octobre.

« Ces cas sont la conséquence dans la majorité des cas d’une confusion avec d’autres champignons comestibles », insiste l’InVS dans sa communication. « Les conséquences sur la santé de ce type d’intoxications peuvent être très graves - troubles digestifs sévères, atteintes du foie pouvant nécessiter une greffe -, voire mortelles. »

Rappels des recommandations

L’InVS rappelle donc aux amateurs de cueillette de champignons :

- ne ramassez que les champignons que vous connaissez parfaitement. Certains champignons vénéneux hautement toxiques ressemblent beaucoup aux espèces comestibles ;

- au moindre doute, faites contrôler la récolte par un spécialiste : pharmacien, société Française de mycologie ;

- ne cueillez pas près des sites pollués, car les champignons concentrent les polluants ;

- lavez-vous les mains soigneusement après la récolte ;

- consommez-les dans les deux jours au maximum après la cueillette ;

- ne les consommez jamais crus.

En cas d’apparition d’un ou plusieurs symptômes, il est recommandé :

- d’appeler immédiatement un Centre anti-poison ou le 15 ;

- de noter l’heure du repas et l’heure de l’apparition des symptômes ;

- conserver les restes pour l’identification.

› Dr BÉ.V.

 
Commenter
 

Publier un nouveau commentaire

Vous devez être inscrit pour commenter cet article et réagir à un commentaire.
 
 
Publicité

cap allergies

Objectif Installation

Histoire courte


Publicité

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

Enquête Flash

En vacances, parvenez-vous à échapper aux sollicitations médicales ?

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Phlippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
Publicité
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.