Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

Qui sont les médecins non-conventionnés ?

 02/02/2013
  Imprimer  Envoyer par email
 

Combien sont-ils en France ? Quels sont leurs revenus ? Où s'installent-ils ? « Le Quotidien » donne un coup de projecteur sur ces médecins libéraux qui ont fait le choix du secteur III et dont le nombre a fortement augmenté depuis 10 ans.

Ils étaient 1 137 en 2002 à exercer en secteur non-conventionné, selon les données publiées par la CARMF. Ils sont 1 611 en 2012. Le nombre de médecins en secteur III a bondi de 42% en 10 ans. Dans le même temps, celui des libéraux cotisants à la CARMF est resté stable (+0,13%) et a même régressé si l'on ne prend pas en compte les retraités cumulant une activité libérale (une possibilité depuis 2005).

Les praticiens qui optent pour le secteur non-conventionné restent pourtant marginaux. En 2012, ils ne représentent que 1,3% des 125 819 libéraux cotisants. Leur nombre est encore plus faible au regard des 268 072 praticiens inscrits à l'Ordre.

Un homme de 58 ans gagnant 42 626 euros par an

Qui sont ces médecins ? Les chiffres communiqués par la CARMF permettent de s'en faire une petite idée. Ce sont des hommes en majorité (58% contre 42% de femmes). Mais la proportion de femmes non-conventionnées est supérieure à celle constatée dans la population médicale globale où elles ne sont que 33%. En dix ans, leur nombre a d'ailleurs augmenté de 60%.

carmf_repartition.png

Source : CARMF

Les généralistes sont également sur-représentés : leur part est de 65% des médecins non-conventionnés contre 54% dans la population globale. Ils sont également plus âgés : 55,9 ans en secteur III, contre 53 ans en secteur I et 54,4 ans en secteur II. L'écart est encore plus significatif au sein de la population masculine : 58,1 ans pour les non-conventionnés contre 54,8 pour les autres.

L'exercice en secteur III est d'ailleurs de plus en plus une affaire de seniors. L'âge moyen des médecins y exerçant a augmenté de plus de 5 ans depuis 2002 (50,4 ans).

La répartition géographique des médecins non-conventionnés ne varie pas sensiblement de celle de leurs confrères. À une différence près : ils sont proportionnellement plus nombreux à Paris et en banlieue parisienne.

carmf_localisation_0.png

Source : CARMF

Revenus moyens : -70% pour un spécialiste

Combien gagne un médecin non-conventionné ? Beaucoup moins que ses confrères de secteurs I et II. Selon la CARMF, le bénéfice non commercial moyen en secteur III atteint seulement 46 626 euros par an, loin des 82 457 euros des autres libéraux. Pour les spécialistes, l'écart atteint même 70% en défaveur des médecins non conventionnés dont les revenus plafonnent à… 32 390 euros. Preuve, peut-être, de la difficulté de fidéliser une clientèle qui ne bénéficiera pas des remboursements de l'Assurance-maladie pour les consultations (hormis le tarif d'autorité).

D'autres raisons peuvent expliquer ces écarts flagrants. Certains médecins en fin de carrière pourraient exercer de manière occasionnelle auprès d'une clientèle réduite. Tandis que d'autres ne cantonneraient pas leur activité à la médecine, engrangeant ainsi des revenus supplémentaires mais qui ne passeraient pas dans le radar de la CARMF. À moins que ces médecins ne fassent le choix de la liberté, loin des tracasseries de la CNAM, quitte à se contenter de revenus plus modestes.

> S.L.

 
Les Commentaires | 26 commentaires
 
Le 04/02/2013 à 09h57
Profession : Médecin
« J'imagine que la liberté du secteur III devrait pouvoir permettre à des médecins honnêtes une souplesse de durée de consultation permettant de faire du bon travail avec des patients inconnus ou des patients qui ont besoin d'éducation thérapeutique pour comprendre l'intérêt et les limites des traitements psychotropes. (Idem pour les gynécologues qui doivent expliquer les possibilités contraceptives, etc...). Mais cela suppose d'avoir une clientèle non seulement composée de privilégiés financièrement mais aussi composée de privilégiés qui ne considèrent pas normal que leur médecins soient moins chers que leurs avocats, leur coiffeur, etc... J'imagine donc que cette clientèle potentielle est très limitée. »
Le 03/02/2013 à 19h09
Profession : Médecin
« Et si le Dr Cahuzac était de droite, aurait-il autant de défauts ? » Médecin retraité 01
Le 03/02/2013 à 18h42
Profession : Médecin
« En tout cas on peut s'affranchir de la CARMF n'importe le secteur. La CARMF est un régime pro et pas un regime légal ; la condition nécessaire est d'avoir une prévoyance retraite mais la loi ne dit pas laquelle. voir http://www.libreassurancemaladie.com/ »
Le 05/02/2013 à 14h54
Profession : Médecin
« Bravo si vous avez réussi à le faire ; pendant dix ans , une centaine de médecins de la Réunion a cessé de cotiser sous ce prétexte (et sous le prétexte d'un hypothétique vide juridique dans les DOM ). Après plusieurs années de recours au tribunal administratif et même à la cour de justice européenne , et après de nombreuses saisies , tous sont rentrés dans le rang , avec des échéanciers très lourds à tenir. A l'époque , un grand mouvement national ( qui reste à lancer) , eut peut-être fait changer les choses ... »
Le 03/02/2013 à 17h59
Profession : Médecin
« Il y a probablement dans le lot les médecins (généralistes ou psychiatres) qui exercent comme psychanalystes, et qui font du black... »
Le 04/02/2013 à 10h49
Profession : Médecin
« Parce que vous pensez sérieusement que les séances de psychanalyse payées en liquide sont l'apanage du secteur III? Et sur les enveloppes de liquide exigées par des anesthésistes ou des chirurgiens, apanage du secteur III aussi selon vous? »
Le 05/02/2013 à 19h03
Profession : Médecin
« Je me permets de vous rappeler que la psychanalyse comme traitement est strictement hors convention SS quel que soit le secteur d'exercice ; seules les psychothérapies peuvent passer par la télétransmission (ou la feuille SS). »
Le 03/02/2013 à 16h50
Profession : Médecin
« Déconventionnement et quitter la sécu : voilà ce qui nous reste à faire. »
Le 03/02/2013 à 15h22
Profession : Médecin
« Un déconventionnement massif, notamment pour s'opposer aux multiples tracasseries, administratives et autres, serait certainement un bon moyen de recouvrer une saine liberté vers un exercice de meilleure qualité. »
Le 09/11/2013 à 18h29
Profession : Médecin
« Exact. D'ailleurs je vous informe que je suis passé hors convention depuis un an et que j'ai maintenu mes revenus tout en retrouvant une dignité. Faites de même:-) »
Le 04/02/2013 à 00h00
« Dans ce cas il faudrait que les études de médecine soient aux frais des étudiants. »
Le 09/02/2013 à 12h47
Profession : Médecin
« Et,pour les avocats, les experts comptables, les journalistes, les plombiers... »
Le 07/02/2013 à 20h03
Profession : Médecin
« MAIS ELLES LE SONT !!!! »
Le 06/02/2013 à 21h24
Profession : Médecin
« Cher confrère, je pense que les études de médecine sont en ce qui me concerne la majorité de médecins, largement payées par l'internat puis l'assistanat, c'est sans doute l'une des raisons de l'accès au secteur II pour ces médecins. » Gynéco-Obstétrique.
Le 04/02/2013 à 19h48
Profession : Médecin
« On pourrait y ajouter les avocats et même toutes les professions ayant bénéficié d'un enseignement universitaire. Comment peut on asséner de telles choses sinon par idéologie primaire ? »
Le 04/02/2013 à 09h45
Profession : Médecin
« En quel honneur ? Les Polytechniciens et les Enarques ne travaillent pas tous dans l'armée ou l'administration... »
Le 03/02/2013 à 12h36
Profession : Médecin
« Spécialiste en secteur III depuis Mai 2005, mon revenu commercial moyen se situe autour de 90 000 euros par an, pour une qualité d'exercice incomparable au secteur I. En résumé, en secteur III, je gagne autant qu'avant si je travaille moins, et si je travaille autant je gagne plus. Le contact avec la patientèle est également sans comparaison avec l'exercice en secteur I. »
Le 03/02/2013 à 08h31
Profession : Médecin
« Réponse courageuse à la tendance actuelle médecine=quantité d'actes dispens's par un homme ou une femme débordés et malheureux. »
Le 02/02/2013 à 21h55
Profession : Médecin
« En tant que journaliste il aurait été intéressant d'interroger ces médecins »
Le 02/02/2013 à 21h17
Profession : Médecin
« Oui, la liberté et la qualité des soins plutôt que la quantité...»
Le 02/02/2013 à 21h15
Profession : Médecin
« C'est aussi une façon de ne pas déclarer tous ses revenus. »
Le 04/02/2013 à 00h03
« Dans ces cas hors de la loi , j'espère que les controles fiscaux vont s'intensifier. »
Le 03/02/2013 à 09h33
Profession : Médecin
« Évidemment, c'est la seule profession libérale où il est impossible de faire un euro de black, sauf en dehors de la sécu comme notre ministre Jérôme CAHUZAC avec l'esthétique. L'esthétique c'est beau surtout pour le pouvoir d'achat. »
Le 03/02/2013 à 18h21
Profession : Médecin
« Sur AMELI Le Dr Jerome Cahuzac est un médecin généraliste secteur 1. Il lutte contre le désert medical parisien et pour l'accès aux soins des plus démunis. La même cohérence entre les engagements et les actes doit guider notre confrère dans la gestion de ses économies d'une vie de labeur au service des autres. »
Le 02/02/2013 à 19h47
Profession : Médecin
« Les médecins secteur 3 cotisent à la CARMF ? »
Le 03/02/2013 à 08h47
Profession : Médecin
« Oui sauf l'ASV et ADR lié à la convention. »

Publier un nouveau commentaire

Vous devez être inscrit pour commenter cet article et réagir à un commentaire.
 
 
Publicité

Fiche pratique PAI

cap allergie

Santran - Sans Lien Apparent

Enquête Flash

L'appendicite, une urgence chirurgicale ?

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Philippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.