Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

Montebourg s’attaque au monopole de « certaines professions de santé », les pharmaciens sur la défensive

 11/07/2014
  Imprimer  Envoyer par email
 

Le ministre de l’Économie Arnaud Montebourg a annoncé jeudi que « certaines professions de santé » et d’autres secteurs réglementés (huissiers, notaires...) seraient mis à contribution dans le cadre du projet de loi « pour la croissance et le pouvoir d’achat » qu’il présentera à la rentrée. Afin de « restituer six milliards d’euros » de pouvoir d’achat aux Français, le ministre mise sur « une trentaine de mesures destinées à mettre fin aux monopoles », « à les corriger ou les transformer ».

Sans citer ouvertement le monde de l’officine, l’une des pistes de réforme pourrait porter sur l’ouverture de la vente des médicaments à prescription médicale facultative à la grande distribution. En décembre déjà, un avis de l’Autorité de la concurrence prônait l’« ouverture encadrée de la distribution au détail des médicaments non remboursables » afin d’animer le secteur et de faire baisser les prix.

Lobbying

Les pharmaciens ont réagi avec plus ou moins de vigueur au discours ministériel. « Arnaud Montebourg confond la santé et l’économie, s’agace Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). On ne va pas relancer l’économie de la France en consommant plus de médicaments. Nous sommes en pleine mesure idéologique, encouragée par le lobby de la grande distribution qui prône la banalisation du médicament. »

Les médicaments « conseil » (nom que leur donnent les pharmaciens) représentent 12 % du chiffre d’affaires d’une officine, précise Gilles Bonnefond. Selon lui, les 22 000 officines font déjà figures de bons élèves sur le prix de ces produits (contre la fièvre, le rhume, les maux de gorge, l’herpès labial, le reflux gastro-œsophagien, etc.). « Les prix français sont deux fois moins chers qu’en Allemagne, 30 % moins chers qu’en Italie et 20 % moins chers qu’en Espagne », explique-t-il.

Démagogie

« Vigilant », le président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) tient des propos plus tempérés. « À ce stade-là, nous retenons surtout que le ministre n’a pas cité les pharmaciens... », déclare Philippe Gaertner, président de l’organisation. « Marisol Touraine a toujours clamé que le médicament n’est pas un produit comme les autres », rappelle-t-il.

La FSPF a demandé un rendez-vous à Arnaud Montebourg afin de discuter des détails du projet de loi.

Dans une lettre envoyée jeudi aux professionnels, la présidente du conseil national de l’Ordre des pharmaciens dénonce un « discours démagogique » dont la finalité est « d’instaurer une défiance à l’égard [des] professions [citées] pour mieux justifier des réformes ». Isabelle Adenot l’assure : « L’Ordre n’acceptera pas de voir brocarder la profession. »

A. B.-I.

 
Les Commentaires | 16 commentaires
 
Le 14/07/2014 à 20h27
Profession : Médecin
« http://www.ciep.fr/profession-glossary Va-t-il s'attaquer à TOUTES les professions réglementées ? Sachant que les médecins en font également partie... »
Le 13/07/2014 à 16h32
Profession : Médecin
« La Commission de Bruxelles a déjà pointé dans le passé l’excès de professions réglementées en France contraire à l’esprit du libéralisme qui l’anime. Ces professions jouent sur la polysémie du terme libéralisme, alors qu’elles ne fonctionnent pas en adéquation avec le sens pris par ce terme actuellement. L’achat de charges ou études s’apparente à celui des offices sous l’Ancien Régime. La régulation d’ouvertures des pharmacies d’officines date de l’État français, régime qui préférait le corporatisme au sens économique du terme au capitalisme libéral. Auparavant, les pharmaciens craignaient la concurrence des herboristes, maintenant celle de la grande distribution. Un concurrent de plus de poids. En Alsace et Moselle, où subsistent des particularités législatives liées à son intégration à l’Allemagne durant près de 50 ans, non-vénalité et absence de droit de présentation persistent pour les charges de notaires et huissiers. L’Allemagne serait-elle un mauvais exemple ? »
Le 12/07/2014 à 10h49
Profession : Pharmacie
« Bâtir une France où la liberté, l’égalité, la fraternité peuvent s’épanouir...." est une phrase d Arnaud MONTEBOURG et malheureusement pas une phrase applicable en pharmacie à cause de nos syndicats et du conseil de l'ordre qui ne font rien pour lutter contre les dérives commerciales de la profession. Que le discount médical avec la guerre des prix , soit en grande surface et pas en officine n 'est pas choquant.. "Ainsi les règles des professions réglementées sont établies en faveur de l’usager et de l’intérêt général de la société, mais non en faveur des professionnels de santé" : pourtant selon la taille de leur officine, les patients achètent plus ou moins cher leurs médicaments prescrits non remboursables et les médicaments conseillés par l'officinal. Cette inégalité des patients aux soins profite en fait à certains pharmaciens mais sûrement pas à la population. L' ordre et le monopole ont été crées à l'origine (en 1945) pour éviter les dérives commerciales des pharmaciens et protéger la population.., l'ordre et le monopole ont donc perdu toute légitimité. Quand aux syndicats, leurs intérêts divergents peuvent souligner les divergences de tailles officinales qu'ils fédèrent et des divergences de buts plus ou moins confraternels, notamment sur l'existence du réseau. Ces vérités ne sont jamais abordées. Espérons qu' un responsable, un jour, ose les mettre sur la table ... des négociations entre pharmaciens et avec les autorités..... »
Le 12/07/2014 à 09h12
Profession : Médecin
« Il fut un temps où chaque médecin avait une, voire 2 secrétaires. 250 000 emplois perdus. A qui la faute ? Au plafonnement illégal de la consultation et à la paupérisation de la médecine. Montebourg ne sait que parler (et s'écouter) »
Le 12/07/2014 à 09h10
Profession : Médecin
« Économisons sur les indemnités des ministres qui sont des salaires en fait donc à imposer. Fini les caisses de ci et de là qu'on se partage en fin d'année. Montebourg provoque une déflation pour compenser les impôts insoutenables imposés aux classes moyennes, mais la déflation n'est pas bonne pour un Pays. Qu'il en crée, lui des emplois, au lieu de blablater »
Le 12/07/2014 à 08h58
Profession : Médecin
« Ministre de l'économie oublie que ces dits monopoles cotisent à la sécurité sociale, payent des impôts, des caisses de retraite . Une fois tout cela détruit et délocalisé pour ce qui pourra l'être: prothèse dentaire , optique etc... Le ministère de l’économie se retrouvera en peau de chagrin, gérant de nouveaux déficits, c'est fou comme on peut être c.... , quand on croit avoir des responsabilités, par exemple ministre. »
Le 12/07/2014 à 01h49
Profession : Pharmacie
« Ministre c'est pas un secteur réglementé, trop payé au regard des résultats ? »
Le 17/07/2014 à 16h56
Profession : Médecin
« Allons cher ami, la vérité n'est pas bonne à écrire ! Shocking ! »
Le 11/07/2014 à 23h32
Profession : Médecin
« Et la fin du monopole de la sécu et de sa gabegie, c'est pour quand ? Un système de santé 2 fois moins cher et 10 fois plus performant existe en Allemagne, au Pays Bas et ailleurs, et nous, nous donnons plus de la moitié de nos revenus dans un trou sans fond ! »
Le 11/07/2014 à 20h46
Profession : Médecin
« Démontons tout ce qui marche encore et ce sera bien plus facile de le vendre aux fonds de pensions US qui n'attendent que ça... »
Le 18/07/2014 à 22h38
Profession : Médecin
« Vous êtes dans le vrai . L'information n'est pas la formation , ou seront les compétences dans la distribution deccorrellée du professionnel. On demande de la qualité , sera t elle là ? Qualité + sécurité égale performance . Régression ?....... »
Le 11/07/2014 à 20h45
Profession : Médecin
« Aprés la disparition des petits épiciers arabes de Paris au profit des Monop, Carrefour market et consorts, les pharmaciens peuvent à juste titre craindre la voracité de la grande distribution. A quand la prise en charge des maisons médicales par Auchan ( au nom de la bonne gestion bien sûr !) »
Le 11/07/2014 à 20h19
« A chaque fois qu'un pharmacien essaye de me justifier le bien fondé du médicament générique, j'ai envie de lui dire "OK, joue le jeux, mais dans la même logique, très bientôt on va avoir des pharmacies génériques, et je ne suis pas sûre que tu trouveras que "c'est pareil, c'est juste l'emballage qui change, et d'abord les labos ils ont assez d'argent". Profession chercheuse. »
Le 17/07/2014 à 16h49
Profession : Médecin
« "Excellent et criant de vérité, merci consœur d’ouvrir des yeux fermés ! »
Le 11/07/2014 à 19h39
Profession : Médecin
« Économies... Il faut bien financer les indemnités chômage des députés et autres privilèges de nos dirigeants. Vive la cour du roi. Profession:Médecin;;; retraitée-à supprimer ! Économies.... Économies. »
Le 17/07/2014 à 16h55
Profession : Médecin
« "Allons il faut pas déprimer,chère consœur ,vous allez voir émerger dans peu de temps "les vieux (hommes) requins", vous savez, le requin est très protecteur et de ses femelles et de son territoire ! Gare à celui qui s'y frotte car ceux là ils connaissent la musique et ils pratiquent aisément la ritournelle ! »

Publier un nouveau commentaire

Vous devez être inscrit pour commenter cet article et réagir à un commentaire.
 
 

Dossiers

Vies de médecin Portraits

Du 30 août au 3 septembre Congrès ESC 2014

Du 15 au 17 octobre, à Angers Journées thématiques de la SFMU

LES DOSSIERS DU QUOTIDIEN Au plus près de l'ado

Publicité
 
Publicité

Fiche pratique PAI

cap allergie

Santran - Sans Lien Apparent

Enquête Flash

L'appendicite, une urgence chirurgicale ?

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Philippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.