Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

menu
 

Génériques, antibiotiques : le patron de la CNAM réclame un « petit effort » aux médecins prescripteurs

 04/07/2014
Archiver    Imprimer  Envoyer par email
 

L’Assurance-maladie pourrait économiser 500 millions d’euros si les médecins augmentaient la part des médicaments génériques dans leurs prescriptions, a affirmé sur RTL le directeur général de la CNAM, Frédéric van Roekeghem. « On délivre 82 % des médicaments (génériques, en pharmacie) mais on ne prescrit qu’à hauteur de 40 % le médicament générique lorsque c’est possible. Passer de 40 à 60 % permet de gagner 500 millions d’euros », a-t-il souligné.

Source : RTL

Dans son rapport « charges et produits », préparatoire au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), l’assurance-maladie a avancé cette semaine une vingtaine de propositions d’économies à hauteur de 2,9 milliards d’euros pour 2015. Parmi elles, une amélioration des prescriptions des médecins, pour 700 millions d’euros.

Sans dérembourser...

« Un petit effort des médecins à mieux prescrire le médicament, moins d’antibiotiques, plus de médicaments génériques lorsque c’est possible, nous permettrait tout à fait de dégager des marges de manœuvre sans dérembourser les patients et d’introduire les innovations », a ajouté le patron de la Sécu.

« Sur les antibiotiques, nous avons fait de gros progrès en France dans les années 2000, mais nous prescrivons encore 30 % de plus d’antibiotiques que l’Espagne, 40 % de plus que l’Allemagne », a-t-il expliqué. « La deuxième chose, c’est que nous utilisons beaucoup moins que les autres pays le médicament générique » et « il y a encore des efforts à faire », a relevé Frédéric van Roekeghem.

(Avec AFP)

 
Les Commentaires | 24 commentaires
 
Le 12/07/2014 à 09h39
Profession : Médecin Auxiliaire
« J'ajouterai, à ce qui a été dit plus haut : "Il faut imposer : même quantité de principe actif au mg près, mêmes excipients,même couleur ( personnes âgées )" et même forme. Je suis atteinte d'une "myofasciite à macrophages" et qui - entres autres - se caractérise par des crises ressemblant à une très forte grippe (mêmes symptômes mais avec une fièvre ne dépassant pas 38°5). Cela fait déjà pas mal de temps que j'ai un pilulier hebdomadaire, mais outre la couleur, il y a aussi la forme (de rond à ovale suivant les pharmacies), la présentation (en boîte ou en plaquettes). Je ne suis pas contre les génériques, mais qu'au moins ils soient présentés de la même façon que le princeps surtout lorsqu'on a des problèmes cognitifs et une mauvaise vision. »
Le 07/07/2014 à 17h38
Profession : Médecin
« Des efforts...donc on prescrit mal c'est ça ? Et puis, on a quoi en échange ? Plus on fait d'effort, plus on nous serre la vis. Alors dites "s'il vous plaît" et "merci" et on verra. Non mais ! »
Le 06/07/2014 à 08h12
Profession : Médecin
« Solution simple rembourser sur la base du prix du générique. Le patient qui exige le générique paie de sa poche »
Le 07/07/2014 à 08h10
Profession : Médecin
« Application du TFR tout de suite et de manière généralisée. Rocky appliquez les décrets même si vous devez vous fâcher avec l'industrie pharmaceutique. Les patients et les médecins ont droit au respect. Je vous rappelle que la Cnam est financée par nos cotisations !! Un généraliste »
Le 06/07/2014 à 17h38
Profession : Médecin
« " Çà va arriver, et en plus il n'y aura presque plus de génériques ! "Camarade ! »
Le 05/07/2014 à 16h44
Profession : Médecin
« Au fait rocky 500 millions d’économies c'est exactement la somme que tu distribues avec nos cotisations en prime annuelle aux pharmaciens et aux médecins pour prescrire des génériques Donc le plus simple pas de prime et lâche nous les stylos de la prescription Un généraliste respectueux des patients malades »
Le 05/07/2014 à 16h06
Profession : Médecin
« PRESCRIPTION EN DCI OBLIGATOIRE : plus de princeps et plus de génériques !! »
Le 05/07/2014 à 13h41
« Bien sur, mais Monsieur le DIRECTEUR DES GÉNÉRALISTES, un générique, c'est censé être le même produit, CAD : - même principe actif - même dosage de celui-ci - mêmes excipients (pas pour le goût ou la couleur), mais pour LA MÊME BIODISPONIBILITÉ !!! - et exactement la même molécule active ! On a commencé par de VRAIS GÉNÉRIQUES, - puis changé l’excipient (au mépris de la différence de biodisponibilité, dont a l’Époque l'AFFAPS avait relevé, et accepté (!) entre moins 10 et plus 30% de différence de biodisponibilité - puis peu après, changé la formule de la molécule active, pour raison d’économies. ! Et vous venez nous dire, nous demander.... d'ETRE COMPLICES DE VOS "mevues ?" , (pour le dire soft !) Dr MAGNE »
Le 05/07/2014 à 22h51
Profession : Pharmacie
« Sans rentrer dans un débat complexe et hors sujet, intéressez-vous simplement aux différences de biodisponibilité pour la prise répétée d'un même médicament (princeps ou générique peu importe) chez un même patient. Vous constaterez qu'il est fréquent de voir des variations de 10% de l'AUC (aire sous la courbe) pour le même médicament chez un même patient. Incroyable non ? Revoyez votre pharmaco, et vous verrez donc que l'intervalle -10% à +30% est justifiable et justifié, et n'a rien à voir avec un quelconque complot. Enfin, je dis et redis que les génériques commercialisés en France sont les mêmes qu'en Allemagne, Belgique, Pays-Bas, USA, ... et que la biodisponibilité ne leur pose pas de problème de santé publique. »
Le 07/07/2014 à 12h46
Profession : Médecin
« Sauf que la Malboufe vient des autres pays et on en paye les conséquences depuis 30 ans, obésité, diabète entre autre ! Les cotisations obligatoires et monopolisées par la CNAM sont un système unique en France mais pas en Europe et aux USA. Le monopole de la distribution du pharmacien est conservé pour nous protéger ??? des sous produits que sont les génériques !!! Alors soyez cohérents et acceptez la vente des médicaments génériques chez Leclerc qui lui au moins affiche la couleur sur la différence entre les produits de marques et les produits Leclerc. Lâchez le monopole et la prime et on en reparle. Un généraliste »
Le 05/07/2014 à 13h06
Profession : Médecin
« Les génériques ? Mais les patients sont nombreux à n'en pas vouloir ! C'est à eux qu'il faut s'adresser ! Qui peut penser que j'ai du temps à perdre à faire du prosélytisme, alors que j'ai déjà du mal à faire de la médecine ? »
Le 05/07/2014 à 11h48
Profession : Pharmacie
« Ces "petites économies" ont quand même des répercussions sur toute la chaîne de santé: pharmacies, labos de biologie, kiné, infirmières, transports sanitaires, centres de radiologie, etc. Que la sécu fasse preuve d'une gestion exemplaire, avec une efficacité maximale et une qualité d'acte aussi élevée que ceux à qui elle demande "de petits efforts" et nous admettrons tous de continuer à être mis à contribution. Mais le "faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais" a du mal à passer quand on perd chaque année de notre rémunération pour sauver un système qui manque cruellement de productivité... »
Le 05/07/2014 à 10h56
Profession : Médecin
« Encore un effort ? J'ai plus le temps, la médiocrité des "honoraires" dont on nous "gratifie" depuis des années, nous les "sacrifiés" S1, ne me laisse que le temps de soigner au mieux et au plus vite, en espérant un bénéfice pourtant si "humble" une fois payées les charges diverses mais en constante hausse, elles, alors les efforts que réclame FVR.... »
Le 05/07/2014 à 09h57
Profession : Médecin
« Et les efforts de Rocky c'est pour quand ? Il n'ont pas encore compris nos soit-disant élites qu'on ne les écoute plus ? »
Le 05/07/2014 à 09h04
Profession : Médecin
« L'assurance concerne, de principe, le contrat entre l'assureur et l'assuré. Je recommande donc à l'assureur de s'adresser directement à ses assurés pour leur demander "un petit effort". »
Le 05/07/2014 à 08h39
Profession : Médecin
« Il serait intéressant de connaitre le pourcentage de refus des génériques pour eux-mêmes dans leur vie privée parmi les cadres de la cnamts. Je fais l’hypothèse d'un taux non négligeable. »
Le 05/07/2014 à 08h31
Profession : Médecin
« Pauvre type Si la cnam était bien dirigée elle ferait 15 milliard d’économie par an sans nuire à la santé de gens. Qu'ils nous demandent notre avis au moins !!! Un généraliste anti-générique de base pour ne pas faire d'homicide volontaire »
Le 04/07/2014 à 21h33
Profession : Médecin
« Curieux, on nous demande sans arrêts de "petits efforts"... Et nous n'avons en récompense que des coups de bâton.... »
Le 04/07/2014 à 21h29
Profession : Médecin
« De nombreux génériques sont au même prix que le médicament princeps,, alors pourquoi changer dans ces cas. »
Le 05/07/2014 à 08h33
Profession : Pharmacie
« Parce que personnellement, il est choquant qu'un labo attende la sortie d'un générique pour baisser enfin le prix de son princeps. Si aujourd'hui vous achetez une voiture 10000 euros, et que demain constructeur vend le même modèle 7000 euros, n'avez-vous pas l'impression de vous être fait avoir ? Sachez enfin, que les princeps même au alignés sur le prix de leur générique (environ 35% sont concernés pour info) rentrent également dans le calcul du taux de substitution de la CNAM. J'en ai eu confirmation orale, puis écrite auprès du pharmacien conseil de ma CPAM locale. C'est dégueulasse, profondément stupide et injuste, c'est un coup de bâton gratuit, mais c'est comme ça et aucun député ou sénateur médecin (les pharmaciens sont inexistants ou presque) ne s'est opposé à cela lorsque c'est passé au Sénat et à l'Assemblée Nationale. D'ailleurs, la quasi-totalité des médecins l'ignore. »
Le 05/07/2014 à 17h30
Profession : Médecin
« Moi je le savais, et je trouve ça débile. Quant au prix plus élevé du princeps avant l'arrivée du générique, il faut bien amortir les coûts de recherche et développement, non ? »
Le 04/07/2014 à 20h29
Profession : Pharmacie
« L'intention est louable sauf qu'à demander ou exiger des "petits" efforts, nos dirigeants ont généré la pénurie: déserts médicaux, recherche pharmaceutique castrée par les baisses de prix d'où le manque de nouvelles molécules antibiotiques pour combattre les bactéries multirésistantes, biologie médicale aux mains de groupes qui travaillent en plateaux techniques, manque d'IRM, manque de médecins spécialistes. Le bateau coule mais continuons à utiliser les mêmes recettes foireuses depuis 1989. »
Le 04/07/2014 à 20h17
Profession : Médecin
« Si le cahier des charges, concernant les génériques, avait été bien conçu, il y aurait déjà moins de frein aux prescriptions de génériques. Il faut imposer : même quantité de principe actif au mg près, mêmes excipients,même couleur ( personnes âgées ), obligation d'études de biodisponibilité sur des échantillons prélevés en pharmacie ( et non sur ceux envoyés par le labo génériqueur ). Alors peut-être la confiance des malades et des médecins reviendra petit à petit.... Je signale à l'ANSM tous les génériques qui posent problème. »
Le 04/07/2014 à 12h08
Profession : Médecin
« Oh que c'est mignon "demande de petits efforts" ! On va tous l'écouter ! Arbeit ! Comme dit "la cigogne" ! »

Publier un nouveau commentaire

Règles de contributionLire les règles de contribution
 
 
Au milieu

Commentaire

12/07/2014 à 09h39
« J'ajouterai, à ce qui a été dit plus haut : "...
07/07/2014 à 17h38
« Des efforts...donc on prescrit mal c'est ça ?...
07/07/2014 à 12h46
« Sauf que la Malboufe vient des autres pays et...
Publicité
 
Droite
Publicité

Fiche pratique PAI

Objectif Installation

Santran - Sans Lien Apparent

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

Enquête Flash

Ebola : vos patients sont-ils inquiets ?

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Philippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
 
Pied de page
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.