Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

Faux produits médicaux : les industriels militent pour la ratification de Médicrime

 13/02/2013
  Imprimer  Envoyer par email
 

Jugeant que « la falsification de produits de santé constitue un véritable danger pour la santé publique », la Fédération française des industries de santé (FEFIS) soutient la convention « Médicrime », un traité international élaboré par le Conseil de l’Europe et visant à lutter contre les faux produits médicaux.

La FEFIS souhaite que la France « donne l’impulsion nécessaire pour l’entrée en vigueur rapide de ce texte dont la signature est ouverte aux États membres ». Dans cet esprit, elle vient d’adresser au président de la République un courrier d’encouragement à la ratification et à l’entrée en vigueur de ce traité.

L’organisation considère que la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes est « primordiale pour lutter efficacement contre ce fléau qui ne connaît pas de frontières ».

› H.S.R.

 
Les Commentaires | 1 commentaires
 
Le 14/02/2013 à 06h25
Profession : Médecin
« La Directive Européenne 2011/62/UE du 16 mai 2011, modifiant la Directive 2001/83/CE institue un code communautaire en ce qui concerne l'introduction dans la chaîne d'approvisionnement légale, de ce qui est appelé des faux médicaments. Ils sont de trois sortes : contrefaits, falsifiés, mal fabriqués. La Directive Européenne apporte des définitions et distingue clairement trois cas : Un médicament contrefait (sans danger pour la santé), qui désigne un médicament bien fabriqué, mais cependant non conforme à la législation de l’Union européenne qui protège les droits de propriété intellectuelle et industrielle, notamment les marques déposées et les brevets. Le danger est uniquement économique pour la seule firme qui se dit en être le producteur, alors qu’elle ne fait, peut-être, que de mettre en boite des pilules fabriquées ailleurs, pour vendre 20 ce qu’elle achète 1 et qu’elle conditionne pour 2. Elle peut de cette façon, légalement, s’approvisionner à l’usine qui n’est, ainsi, illicite que pour les consommateurs informés. Un médicament falsifié, lui, non seulement s’affranchit de la législation de la propriété intellectuelle protégée, mais bien plus encore, il contient une fausse molécule, ou alors il contient la vraie molécule mais à une dose différente de celle qui est prévue dans notre pays, avec tout ce que cela comporte ou non en dangers pour la santé publique, ou à l’absence de danger, si ce n’est qu’un placebo. Le danger économique est bien plus celui que court le producteur d’une falsification. Il risque de perdre ses consommateurs habituels. Il est rare me semble-t ‘il qu’un producteur tue ses consommateurs. Un médicament, licite ou contrefait, par contre, peut présenter, accidentellement, des défauts non intentionnels imputables à des erreurs de fabrication chimique ou de distribution quantitative. La Directive définit qu’un médicament est contrefait, et non pas falsifié, si cela tient à sa source, c’est-à-dire à son fabricant, au pays de sa fabrication, au pays de son achat, au titulaire de son autorisation de mise sur le marché, voire si des enregistrements et des documents relatifs aux circuits légaux de distribution ont été utilisés. La Directive définit un médicament falsifié, et non contrefait, lorsque la présentation pharmaceutique du médicament comporte une fausse présentation de son identité, soit au niveau de son emballage ou par son étiquetage, soit par sa dénomination, mais surtout du fait de sa composition réelle, y compris des excipients, et enfin même s’il existe un faux dosage de ces composants, en plus comme en moins. »

Publier un nouveau commentaire

Vous devez être inscrit pour commenter cet article et réagir à un commentaire.
 
 

Dossiers

Du 30 août au 3 septembre Congrès ESC 2014

CONGRÈS HEBDO Congrès ESC 2013

Vies de médecin Portraits

HISTOIRES COURTES Les pieds d'Hélène

Publicité
 
Publicité

cap allergies

Objectif Installation

Histoire courte


Publicité

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

Enquête Flash

Êtes-vous satisfait(e) de la reconduction de Touraine à la Santé ?

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Philippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
Publicité
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.