Le quotidien du médecin en page d'accueil | Le Quotidien en favoris | Toute l'actu | Aide | Flux RSS

 

Coût de vos prescriptions : le top 10 des médicaments remboursés

 08/06/2013
  Imprimer  Envoyer par email
 

22,7 milliards d'euros. Le montant des remboursements des médicaments prescrits en ville en 2012 a sensiblement diminué par rapport à 2011(- 0,8%). La montée en puissance des génériques y a contribué. Le classement établi par l'assurance-maladie des dix médicaments les plus remboursés en 2012 reflète ce bouleversement. Exemple frappant avec le Tahor : en tête du top 10 en 2011, la statine a vu ses remboursements s'effondrer depuis sa générication. Mais il n'est pas le seul.

Ce classement traduit également les changements intervenus sur les tarifs et les déremboursements de certains traitements. Ces dix produits pèsent pour 13% (2,7 milliards) de l'enveloppe globale des remboursements de médicaments prescrits en ville. Petit inventaire.

medicamentscnam_0.png

Source : CNAM (juin 2013)

1 - Lucentis
Utilisé dans le traitement de la dégénérescence maculaire lié à l'âge (DMLA), le Lucentis (ranibizumab) est devenu le premier médicament remboursé en 2012, avec un montant de 389 millions d'euros (+26,7% en 2012). Le coût élevé du Lucentis (près de 1000 euros la dose) explique en partie cette première place. Il détrône le Tahor (hypolémiant), qui figure désormais en septième place.

2 - Humira
Deuxième médicament le plus remboursé en montant (5ème en 2011), l'Humira a vu son enveloppe bondir de 19,7% pour atteindre 346,2 millions d'euros. Ce n'est pas le seul des produits anti-rhumatismaux à progresser. Cette classe thérapeutique est la seconde en terme de croissance des dépenses avec une hausse de 15,2% en 2012, malgré une baisse des prescriptions en volume de 7%. La croissance importante des anti-TNF alpha dans les prescriptions expliquent, selon la CNAM, cette évolution.

3 - Crestor
Le Crestor perd une place en 2012. Le montant de ses remboursements a malgré tout augmenté de 9,2% par rapport à 2011 pour atteindre 338,1 millions, ce qui en fait la statine la plus coûteuse pour l'assurance-maladie. La caisse souhaite réduire les dépenses liées à cette classe thérapeutiques. Le Crestor (rosuvastatine) est tout particulièrement dans le collimateur de l'assurance-maladie, qui incite les médecins à se tourner vers les statines génériquées (comme la simvastatine), moins coûteuses. Elle affirme que l'efficacité sur la morbimortalité de la rosuvastatine 5 mg est équivalente à celle de la simvastatine 20 mg, en prévention primaire. Le potentiel d'économie serait de 500 millions par an.

4 - Seretide
C'est le seul médicament figurant dans le top 10 à voir ses remboursements diminuer en 2012 (-4,3%). Malgré cela, le Seretide (traitement de l'asthme) reste bien accroché à la quatrième place, comme en 2011.

5 - Doliprane
Le Doliprane grimpe du septième au cinquième rang des médicaments les plus remboursés. La progression des dépenses s'est fortement accentuée en 2012 avec une hausse de 19,3%. En 2011, l'augmentation était déjà de 12,8%. La CNAM l'explique en partie par le retrait du Di-Antalvic et de ses génériques le 1er mars 2011. La hausse du prix de la boîte de Doliprane y a aussi contribué.

6 - Enbrel
Avec l'Humira, l'Enbrel est le second anti-rhumatismal le plus coûteux pour l'assurance-maladie. Il appartient à la catégorie des anti-TNF alpha, à l'origine selon la CNAM d'une progression des dépenses importantes dans la classe des anti-rhumatismaux.

7 - Tahor
Le Tahor a perdu sa place de numéro un des médicaments les plus remboursés. En 2011, les montants de remboursement de cette statine (traitement de l'hypercholestérolémie) s'élevaient à plus de 469 millions d'euros. En 2012, ils sont tombés à 242 millions soit une baisse de 48%. Le Tahor n'occupe plus que le septième rang des médicaments en 2012.
Pourquoi cette baisse brutale ? Tout simplement parce que le Tahor est génériqué depuis mai 2012. Une partie des prescriptions (environ 112 millions) se sont reportées sur d'autres produits, moins chers (jusqu'à 60%). L'économie pour la CNAM s'élève à 115 millions. La caisse affirme que les génériques (toutes classes confondues) lui ont permis de réduire ses dépenses d'environ 1,5 milliard d'euros en 2012, soit deux fois plus qu'en 2007.

8 - Truvada
Les remboursements du Truvada ont augmenté de 12% en 2012 (total de 206,4 millions d'euros). Le médicament est utilisé dans le traitement du VIH et de l'hépatite B.

9 - Lantus
Le Lantus est prescrit dans le traitement du diabète de type 1 (en première intention) et de type 2 (en deuxième intention). Son enveloppe de remboursement a augmenté de 5,1% en 2011, comme de nombreux autres médicaments anti-diabétiques (+5,6% en 2012). La CNAM explique cette progression par la croissance des produits récents, plus coûteux. Elle cite notamment les analogues du GLP1 (Byetta, Victoza) et les inhibiteurs de la DPP-IV (Januvia, Xelevia, Galvus, Janumet/Velmetia, Eucréas, Onglyza).

10 - Aranesp
L'Aranesp est utilisé dans le traitement de l'anémie. Il fait son entrée dans le top 10 avec 176,5 millions d'euros de remboursement (+7,5% par rapport à 2011).  

Les absents du top 2011
Deux médicaments ont disparu du top 10 en 2012 alors qu'ils figuraient dans le classement un an plus tôt.

medic2011_0.png Inexium
Cet anti-ulcéreux (IPP) occupait la deuxième place du classement en 2010. Il a vu le montant de ses remboursements s'effondrer depuis 2011 (8ème rang). En 2012, c'est le 37ème produit remboursé avec une chute de 235 millions d'euros sur les deux dernières années. La CNAM explique cette baisse (-35% en 2011) par l'arrivée de génériques en mai 2011. 

Plavix
Il avait déjà connu une baisse de 3% en 2011, le Plavix sort du top 10 en 2012 pour occuper la 21ème place (9ème place en 2011), lui aussi « victime » de la générication. En 2009, c'était le premier produit le plus remboursé... 
Méthodologie :
Données fournies par la CNAM. Les montants concernent les dépenses de médicaments en ville et incluent les médicaments prescrits par les médecins hospitaliers mais délivrés en officines de ville ainsi que ceux délivrés à des patients ambulatoires. Ces sommes tiennent compte des prix des médicaments et des taux de remboursement de la Sécurité sociale.
 
Publicité

Fiche pratique PAI

cap allergie

Santran - Sans Lien Apparent

Enquête Flash

Les syndicats peuvent-ils s'entendre contre la loi de santé ?

Application du Quotidien du MÉdecin

Spécial médecin

i-Congrès médical
Les congrès médicaux à ne pas manquer ...
> Découvrir l’application

 

pave-permanent-v2c.jpg

eFMC

 
 
ALCOOL ET ASSOCIéS
 
Par le Dr Philippe CASTERA

L'Annuaire des DUDIU

 
carte-loisirs.png
 
Publicité
Afin de vous garantir un service optimal, le Quotidien du Médecin collecte des données personnelles vous concernant. Ces données font l’objet d’un traitement informatisé déclaré auprès de la CNIL. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d'accès, de rectification et de suppression, pour motifs légitimes, sur ces informations. Sauf opposition préalable de votre part, ces données sont également utilisées afin de vous faire profiter des offres dédiées du Quotidien du Médecin et de ses Partenaires.